`
 

Avoir plus de femmes que d’hommes, c’est possible et nous l’avons fait

Avoir plus de femmes que d’hommes, c’est possible et nous l’avons fait

Le Wagon cohorte féminine

Article partenaire

Pour la première fois depuis la fondation du Wagon Montréal, nous avons une cohorte avec une majorité de femmes. Voilà comment nous y sommes arrivés.

Avoir une majorité de femmes pour une formation intensive à la programmation Web, c’est incroyable! D’autant plus quand on sait que les statistiques actuelles sont encore loin de présenter une situation paritaire dans le milieu des technologies, autant dans le milieu éducatif que dans le milieu du travail. En effet, les femmes représentent aujourd’hui 20% des employé.e.s en technologies au Québec.

Il y a trois ans, lors de notre première session du Wagon à Montréal, on accueillait neuf étudiants: huit hommes et une femme. J’ai réalisé alors l’ampleur du fossé à combler. J’étais aussi convaincue qu’on avait un rôle à jouer pour rendre l’industrie des technologies plus inclusive et diversifiée.

Trois ans plus tard, qu’est-ce qui a contribué à renverser le ratio?

Nous sommes passés de la parole aux actes
Tout d’abord, les actions mises en oeuvre ces dernières années par l’ensemble des acteurs de l’écosystème Montréalais ont aidé à attirer plus de femmes dans l’industrie, de façon générale. Puis, les valeurs véhiculées par notre école et sa communauté de diplomé.e.s ont certainement contribué également à ce que nous recevions plus de femmes; tout comme les initiatives concrètes développées pour les encourager à faire le pas:
– Adhérer au Manifeste des femmes en tech et viser la parité à nos événements;
– Recruter plus de femmes dans l’équipe;
– Créer des ateliers de sensibilisation à la programmation pour les femmes;
– Raconter les histoires des femmes du Wagon.

Au-delà de ces hypothèses, j’ai demandé à quatre femmes de notre cohorte actuelle ce qui les a décidées à se lancer.

Clémence: de l’athlétisme, à la mode, au design puis au code
Athlète de haut niveau pendant ses études universitaires, Clémence a étudié en commercialisation de la mode et a travaillé récemment comme UI/UX Designer. Elle souhaite devenir développeuse front-end et lancer sa propre startup. Elle raconte: «J’avais besoin de gagner en compétences techniques pour pouvoir développer mon MVP (terme anglophone qui désigne le prototype qui permettra à une startup de lancer son premier produit). J’ai choisi de faire Le Wagon pour l’orientation produit de la formation qui va m’apprendre toutes les étapes pour développer mon application.»
Son conseil pour les femmes? «Je les encourage à se lancer car les entreprises cherchent de nouvelles perspectives et veulent diversifier leurs équipes.»
En savoir plus sur Clémence

Vicky: entrepreneure & designer
Vicky a co-fondé ctstudio, une agence de conception et vente d’imprimés spéciaux pour la mode et la décoration. «La créativité n’est rien sans la technique», me confie-t elle. Avec les compétences techniques apprises au Wagon, elle souhaite créer de nouveaux produits.
Pourquoi Vicky a choisi Le Wagon? «L’environnement est propice à l’échange et à l’apprentissage et surtout la formation fait le lien entre la théorie et la pratique en mettant l’accent sur la réalisation de projets.»
Son conseil pour les femmes: «Apprendre un nouveau langage et une nouvelle façon de penser, c’est difficile et déstabilisant. Mais c’est l’opportunité unique de comprendre et d’imaginer le monde qui nous entoure.»
En savoir plus sur Vicky

Rose: du marketing au code
Après avoir travaillé trois ans comme spécialiste SEO dans une agence de marketing numérique, Rose réalise qu’elle préfère coder et créer des sites Web.
«Je me suis beaucoup retrouvée à travers les valeurs du Wagon, surtout le fait que cette expérience est à vivre ensemble. C’est une école et une communauté qui rassemble et qui nous permet de nous dépasser», précise-t elle.
Son conseil pour les femmes: «J’ai mis une année avant de me décider à me lancer dans l’aventure. Ce qui m’a vraiment décidé, c’est que je savais que je regretterais de ne pas avoir essayé. Et le pire qui puisse arriver? Faire des nouvelles rencontres, accéder à un nouveau réseau, vous redécouvrir, révéler un potentiel insoupçonné et élargir votre éventail de compétences!»
En savoir plus sur Rose

Laurence: pour démystifier la programmation
Laurence était directrice de compte chez Bell avant de rejoindre Le Wagon. Maman de deux enfants, elle souhaite changer de carrière pour devenir développeuse ou cheffe de produit. «Je voulais démystifier la programmation afin de pouvoir mieux comprendre le travail des développeurs.»
Son conseil pour les femmes: «Il n’y aura jamais d’occasion parfaite pour entamer un retour aux études ou un changement de carrière. Il faut donc saisir le moment présent et se faire confiance. L’important c’est de s’écouter et de suivre sa voie, il n’y a pas de chemin parfait pour arriver à ses fins.»
En savoir plus sur Laurence

Marie-Gabrielle Ayoub

Les derniers articles par Marie-Gabrielle Ayoub

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.