`

Est-ce que ça se dit « groupe minoritaire » ?


groupe minoritaire

Photo de Markus Spiske sur Unsplash

Bienvenue à «Est-ce que ça se dit?», une chronique mensuelle où URelles répond aux questions liées au langage inclusif. Vous avez une question pour nous? Écrivez à info@urelles.com et nous vous répondrons. Votre identité ne sera pas dévoilée.

Lire les précédents articles:

Est-ce qu’on dit « Joyeux Noël » ou « Joyeuses Fêtes » au travail ?
Est-ce que ça se dit « personne ayant un handicap »? 
Est-ce que ça se dit «Asperger»?

****

Est-ce que ça se dit « Groupe minoritaire » ?

Quels termes utiliser pour désigner un groupe de personnes qui n’appartiennent pas à un groupe dominant ?

Débutons la réflexion dans le sens inverse.

Qu’est-ce que « le groupe dominant » ?

En équité, diversité et inclusion (EDI), habituellement, lorsqu’on fait référence au groupe dominant, aussi appelé « groupe majoritaire », on parle avant tout de personnes ayant un meilleur accès aux opportunités. Le groupe dominant, dans son ensemble et à travers la société, a plus de pouvoir, plus d’argent et plus de ressources. Ce sont les personnes dont les perspectives sont présentées comme normales, naturelles et neutres. Elles sont considérées comme la solution par défaut. Nous avons l’habitude de voir ces visages à la télévision, dans les directions d’entreprises, à la tête de nos partis politiques, etc.

À l’inverse, on trouve alors un groupe de personnes ayant moins d’accès aux ressources, à l’argent et aux opportunités, un groupe qu’on ne retrouve pas à travers les personnes au pouvoir. Leur point de vue est considéré comme spécifique, politique, voire woke – ces personnes sont identifiées comme différentes et comme « l’autre », et non comme l’option par défaut.

Il faut noter que la notion de groupe dominant n’est pas statique, mais plutôt fluide. En effet, le groupe considéré comme dominant peut évoluer en fonction de la période temporelle, de la zone géographique ou même de l’industrie spécifique dans laquelle on travaille. Ce qui est perçu comme le groupe majoritaire dans une époque donnée peut différer dans une autre, tout comme la définition du pouvoir et des privilèges peut prendre des contours distincts selon les contextes culturels, économiques et sociaux.

À l’aide de cette mise en contexte, examinons les différents termes les plus souvent utilisés.

Que signifie « Groupe minoritaire » ?

Ce terme fait référence à un groupe de personnes qui constituent une part numériquement inférieure de la population totale. Cela ne signifie pas nécessairement que ces personnes sont moins importantes ou moins puissantes, mais simplement qu’elles forment une proportion plus petite de la population globale.

Par exemple, en Afrique du Sud à l’époque de l’apartheid, les personnes blanches constituaient le groupe minoritaire alors qu’elles étaient définitivement dominantes. Il est donc important de garder en tête que le terme minoritaire, si on l’utilise, n’inclut pas d’emblée la reconnaissance d’une dynamique de pouvoir quelconque.

Que signifie « Groupe sous-représenté » ?

Lorsqu’on parle de groupes sous-représentés, cela se réfère généralement à des groupes qui ne sont pas adéquatement représentés dans certains domaines, institutions ou contextes par rapport à leur part dans la population totale. En d’autres termes: un type de personne est surreprésenté et un autre est sous-représenté. Le terme « sous-représenté » est donc idéal pour montrer à quel point la présence ou l’absence de certains groupes sont déséquilibrés.

Le terme « sous-représenté » est donc similaire à celui de « minoritaire », car les deux sont relatifs au numérique. La différence se situe dans le fait qu’on compare le groupe sous-représenté, non pas à un autre groupe dans une entreprise, mais à son propre groupe hors de l’entreprise. Le groupe est-il proportionnel à son nombre dans la population totale ou non ?

Par exemple, on pourrait dire que dans une entreprise ayant 50% de femmes à l’emploi, celles-ci ne sont pas minoritaires. Par contre, il y aurait sous-représentation si ces femmes ne représentent que 10% des gestionnaires et que les 90% restants sont des hommes.

Que signifie « Groupe marginalisé » ?

Bien que ce terme, comme beaucoup d’autres en EDI, ne soit pas parfait, il est actuellement le plus complet. Les définitions du terme « marginalisé » dans les dictionnaires suggèrent qu’on pousse certaines personnes vers le bas de la hiérarchie et vers les côtés, les éloignant du centre et donc des opportunités, des ressources ou d’une pleine participation à la société.

L’avantage du terme « marginalisé », contrairement aux autres, est qu’il a une histoire. Il indique que des personnes se trouvent aujourd’hui dans une position marginalisée parce qu’elles y ont été poussées dans le passé et il suggère qu’elles continuent d’être poussées dans cette direction dans le présent.

Par conséquent, si vous souhaitez vous concentrer sur les préjugés historiques et actuels, comme le fait que des groupes de personnes se voient refuser des opportunités d’éducation, des offres d’emploi, des évolutions professionnelles ou des promotions, le terme « marginalisé » est donc le terme le plus complet et sensible aux enjeux historiques, politiques et de pouvoir.

En conclusion

Il est important de noter que ces termes ne sont pas mutuellement exclusifs, et une population peut être à la fois minoritaire, sous-représentée et marginalisée.

Si vous réfléchissez à la raison pour laquelle vous souhaitez faire la différence entre un groupe dominant et un autre groupe, vous devriez alors pouvoir choisir un mot avec le cadre sémantique qui correspond le mieux à votre contexte.

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.