`
 

Sima Sistani, la femme en tech la plus «hot» du moment

Sima Sistani, la femme en tech la plus «hot» du moment

Sima Sistani

Crédit photo: Michelle Drewes

 

Sima Sistani, ça vous dit quelque chose? Probablement pas. Pourtant, cette femme en technologie est la CEO de la startup qui est classée n°1 dans la catégorie «réseau social» de l’App store américain depuis le 20 mars; plus haut que Facebook, Messenger ou WhatsApp!

Sima Sistani est co-fondatrice et CEO de Houseparty, un réseau social qui relie les gens, via une app, permettant des appels vidéo de groupe. Les dernières semaines ont été rocambolesques pour Houseparty! En plein contexte de confinement, c’est plus de 50 millions de nouveaux utilisateurs ont rejoint la plateforme, ce qui correspond à une augmentation de 70% par rapport aux chiffres habituels. Houseparty, qui était jusqu’à présent surtout populaire auprès des adolescents, a intégré une série de nouvelles fonctionnalités destinées à encourager l’interaction, notamment la possibilité de jouer à distance à des jeux ou de se lancer dans des conversations en cours que vos amis ont déjà. L’essor de Houseparty a peut-être l’air de venir de nulle part, mais la startup existe depuis près de quatre ans et, en juin 2019, elle a été rachetée par Epic Games Inc, le fabricant du jeu vidéo Fortnite.

Pour s’adapter à ces changements exceptionnelles, Sima Sistani s’est vue devenir CEO de l’entreprise, alors qu’elle était auparavant COO. Ben Rubin, le cofondateur de la startup, qui dirigeait l’entreprise depuis ses débuts, -et lorsqu’elle s’appelait encore Meerkat-, a rejoint le conseil d’administration et continue à conseiller les équipes. Mais la femme en technologie est loin d’être une débutante dans l’industrie. Avant de lancer l’app, Sima Sistani a travaillé chez Tumblr en tant que responsable des médias et chez Yahoo! en tant que directrice de la croissance mobile et directrice du développement commercial et de la stratégie.

Ces dernières années, elle s’est engagée publiquement afin de faire changer les congés maternité dans la Silicon Valley. En 2013, elle a réussi à faire changer les politiques de Yahoo en exhortant la direction à envisager des politiques plus généreuses pour tous les employé.es que le congé payé légal en Californie qui avait lieu. On lui a d’abord dit non, puis suite à de fortes tractions internes et un soulèvement des employé.es, la direction a accepté de mettre en place huit semaines supplémentaires pour les mères qui viennent d’accoucher. En 2019, elle a lancé une campagne pour les congés payés dans la Silicon Valley. Seuls six fondateurs ont accepté de s’engager.

Sa mission avec Houseparty: apporter de l’empathie en ligne. En 2016, elle disait: «Nous avons créé Houseparty parce que nous sommes convaincus que les gens cherchent à dépasser les concours de popularité qui ont lieu sur les médias sociaux».

Étant donné les diverses controverses sur la vie privée, liées à l’application Zoom, et son utilité limitée une fois que la population sera en mesure de se rencontrer à nouveau, on pourrait s’attendre à voir les chiffres de Zoom revenir à des niveaux plus bas. Mais Houseparty pourrait être différent car la startup détenait déjà des niveaux d’audience importants avant. À son lancement, en 2016, la compagnie avait rapidement atteint 20 millions d’utilisateurs. Il en sera probablement ainsi après, les restrictions ne faisant que renforcer son cas d’utilisation et sa valeur, selon Social Media Today.

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.