`

Quel mot utiliser: BIPOC, personne racisée ou personne de couleur?

Crédit photo: phyo min via Unsplash

Bienvenue à «Est-ce que ça se dit?», une nouvelle chronique mensuelle où URelles répond aux questions liées au langage inclusif. Vous avez une question pour nous? Écrivez à info@urelles.com et nous vous répondrons. Votre identité ne sera pas dévoilée.

****

Est-il préférable de dire BIPOC? Personne racisée? Personne de couleur?

Comme nous le répétons souvent, nous vous présentons ci-dessous des constats et des recommandations, mais il vaut toujours mieux demander aux personnes comment elles souhaitent s’identifier. Ceci dit, afin de tenter une réponse à la question, intéressons-nous à chacun des termes et ce qu’ils impliquent.

Le concept de «race»

D’abord, rappelons-nous que la notion de «race» est un construit social ayant des impacts économiques, sociaux, politiques mais aussi culturelles et identitaires pour les personnes concernées. Les sciences sociales ont, dans le passé, (avec le concours de l’anthropologie raciale) établi l’hypothèse selon laquelle il existerait des «races» basées uniquement sur le phénotype ou encore la couleur de peau permettant une catégorisation et une hiérarchisation des populations en fonction de leur origine ethnique. Cette hiérarchisation se manifeste en plaçant la «race» blanche au sommet de la pyramide tandis que la «race» noire se retrouve au pied de cette pyramide. Or, d’un point de vue purement scientifique et biologique, il n’existe que les races suivantes : la race animale et la race humaine. Mais dans les faits, c’est différent: une hiérarchisation des «races» est en place et est largement documenté par l’existence d’inégalités en termes d’accès à l’emploi, au logement ou encore à la santé pour les personnes dites «racisées» et n’appartenant pas à la catégorie ethnoculturelle blanche.

La nécessité de «décoloniser» le langage

L’utilisation de l’expression «personne de couleur» date de plus de trois siècles et remonte au colonialisme. Ce terme continue de faire débat car il réduit uniquement les expériences des personnes issues des communautés ethnoculturelles non-blanches à leur couleur de peau ou à leur apparence physique tout en biologisant la question raciale.

Un autre enjeu avec le terme «personne de couleur» est qu’il met toutes les personnes qui ne sont pas blanches dans le même panier, comme s’il s’agissait d’un groupe homogène d’individus. Pourtant une personne noire et une personne «brune» ne subiront pas le racisme et la discrimination de la même manière. L’exemple de la discrimination capillaire est un cas typique. Il est donc important de prendre en considération la multiplicité des expériences des personnes. Le terme «personne de couleur» ne le fait pas.

Personne «racisée», BIPOC: des expressions plus inclusives

Les expressions «Black, indiginious and people of color» (BIPOC) (Personne autochtone, noire ou de couleur en français – PANDC) et «personne racisée» font généralement plus consensus. Elles ont l’avantage de permettre la reconnaissance et la validation des spécificités et des expériences différentes vécues par les personnes issues de communautés ethnoculturelles et ce, de façon plus inclusive. En nommant les groupes de personnes spécifiquement, on met de l’avant leur identité, ce qui est plus respectueux que de faire un amalgame invisibilisant comme le terme «personne de couleur», par exemple.

Il est à noter qu’il existe des divergences au sein même des communautés ethnoculturelles quant à l’usage de ces expressions. En effet, pour certaines personnes utiliser l’expression «personne racisée» reviendrait à effacer des spécificités telles que les origines, la religion, l’accent, etc. Nous recommandons donc de demander à votre interlocuteur‧rice quel est le terme à utiliser.

«Racialisé·e», un nouveau terme à ajouter à votre vocabulaire

Bien que le terme «racisé·e» semble être utilisé dans la plupart des cas, le terme «racialisé·e» est aussi à prendre en compte, trouvant écho auprès d’une partie de la population ethnoculturelle non-blanche.

Le terme est choisi par certaines personnes en remplaçant à «personne racisée» pour renforcer la notion de construit social de la race: le processus de racialisation, c’est-à-dire le processus qui renforce les différences entre les différents groupes ethnoculturels et ses ramifications (racisme, discriminations, domination d’un groupe dominant sur un groupe dominé) sur la personne issue d’une communauté ethnoculturelle non-blanche, ce qui n’est pas le cas pour le terme «racisé·e».

Que faut-il dire?

À l’heure actuelle, il semble préférable d’utiliser l’expression «BIPOC» pour désigner un groupe de personnes. Gardons cependant en tête que l’utilisation varie en fonction des pays dans lequel on se trouve mais également du public visé. Si l’on parle uniquement à un groupe de personnes noires ou de personnes asiatiques, pas besoin d’utiliser le terme BIPOC, on peut parler de «personnes asiatiques» ou de «personnes noires». Par contre, si l’audience rassemble des personnes de communautés ethnoculturelles diverses, il est préférable d’utiliser le terme «BIPOC».

À noter
Il n’en reste pas moins que l’usage de ces expressions, tout comme la notion d’identité, est en constante évolution. Des débats et des réflexions entourant ces sujets ont lieu tous les jours. Soyons donc alertes quant à leur utilisation et leur précision.

***

Article rédigé par Michelle Martineau, collaboratrice externe spécialisée en question EDI

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.