`
 

La crise n’épargne pas les salariées juniors en technologie. Voici comment les aider.

La crise n’épargne pas les salariées juniors en technologie. Voici comment les aider.

Cet article a été mis à jour le 11 juin 2020.

Femmes junior en tech
Illustration: Charlotte Bennier

S’il y a des emplois ouverts en technologies, les cueillir n’est pas de tout repos pour tout le monde. Les femmes fraîchement diplômées ne sont pas épargnées. Conseils pour les recruteurs en recherche de main d’oeuvre: pensez aux profils juniors.

Le secteur des technologies recrute, et il y a là une opportunité pour les travailleur.se.s de bâtir leurs conditions de travail. Nous avons, dans un article précédent, donné quelques conseils pour accompagner les candidates dans leur recherche. Pourtant, le chemin n’est pas nécessairement facile. Certains écueils du processus de recherche d’un premier emploi se trouvent amplifiés par les circonstances incertaines.

Un écueil majeur: le réseautage. Réseauter est le mot-clé de la recherche en temps de (dé)confinement. Faire appel à ses contacts, jouer de solidarité… Difficile de connecter avec quelqu’un dans une réunion Zoom peuplée de visages non-familiers. Ajoutons à cela une inégalité entre hommes et femmes face au réseautage. Ainsi, selon un article de Forbes et au autre de The Lily, les femmes seraient désavantagées, car moins assurées et moins directes dans leur approche de contacts ou recruteurs potentiels. Là où les hommes demandent des faveurs, les femmes préfèrent bâtir une relation de confiance avant toute requête. Un déséquilibre renforcé par la distanciation sociale, qui rend difficile l’établissement de nouvelles relations professionnelles suivies.

4 conseils pour recruter des salariées junior en technologie

Les employées juniors ont beaucoup à apporter à une entreprise. Moins d’expérience ne signifie pas moins de compétences ou de talent et leur nouveauté dans le domaine les rend facilement adaptables à leur premier environnement de travail. Pour les entreprises qui souhaitent attirer des salariées juniors, voici quelques pistes:

1. Être honnête concernant ses attentes
Il est particulièrement important, en temps de crise d’être clair pour ne faire perdre de temps à personne. Notamment, ne pas sous-estimer le nombre d’années d’expérience nécessaires, si vous cherchez quelqu’un avec de l’expérience, dites-le.

Travailler ses processus d’intégration (onboarding) à distance
Un onboarding bien rôdé permet une intégration plus rapide et plus efficace des employé.e.s avec peu d’expérience. Formation, mentorat, tâches en binôme avec un.e employé.e plus senior, tout est bon pour permettre aux nouvelles recrues de prendre facilement leurs marques.

2. Avoir une main d’oeuvre diversifiée
Pour les femmes, et particulièrement les femmes issues de la diversité ou de la neurodiversité, il peut être intimidant de se retrouver dans un environnement de travail 100% masculin, dès son premier emploi. En fait, cela peut tout simplement en inciter certaines à ne pas postuler du tout, renforçant ainsi le cercle vicieux du manque de représentation.

3. Offrir des événements de réseautage ou de rencontres
Notre sondage sur les besoins des femmes en tech pendant le confinement révèle qu’au moins 35% des répondantes souhaitent réseauter avec d’autres femmes en tech. Il y a fort à parier que ce chiffre serait au moins aussi élevé, si ce n’est plus, chez celles qui commencent une carrière en technologies.

4. S’ouvrir à des profils junior
Même si les circonstances incertaines et pressantes peuvent pousser à favoriser les personnes avec une certaine expérience, les entreprises devraient toujours penser à favoriser la relève, afin de garder un équilibre au sein de leur équipe et de ne jamais être à court de perspectives diverses. Donner une chance à une junior et compter sur ses capacités d’apprentissage est un investissement qui peut s’avérer très payant.

Le talent est partout et la relève est importante, surtout dans le boom d’usage des technologies qui s’annonce. Ainsi, il est important de ne pas laisser pour compte les personnes potentiellement fragilisées par la crise et de ne pas laisser le confinement amplifier les inégalités de genre et d’âge dans le monde du travail.

Iris Martinez

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.