`
 

Faire la file virtuellement depuis chez soi, c’est possible grâce à cette app

Faire la file virtuellement depuis chez soi, c’est possible grâce à cette app

application mobile distanciation socialeIllustration: Charlotte Bennier

Dans un contexte de déconfinement et de distanciation sociale, comment la technologie peut-elle contribuer à mettre en place des bonnes pratiques de santé dans les commerces de proximité montréalais? J’ai rencontré, Mariya Zinchenko, développeuse chez Ubisoft, et cofondatrice de l’application mobile En Ligne

En mai 2020, 400 participant.es ont soumis des projets à la compétition virtuelle Défi <post>COVID , dont la mission est de trouver des solutions innovantes pour répondre aux enjeux sociétaux causés par la COVID-19, au Québec. Parmi les trois projets gagnants, nous trouvons l’application En Ligne qui vise à simplifier l’expérience des consommateurs.rices dans les commerces, tout en permettant aux commerçant.e.s d’avoir une meilleure gestion sécuritaire de leur clientèle.

Faire la file virtuellement depuis chez soi            

Dans un premier temps, l’application permet à la personne de sélectionner un magasin proche de chez elle, d’en voir l’achalandage en temp réel, puis de faire la file d’attente virtuellement depuis chez elle.

Mariya m’explique: «Par exemple, vous aller au Canadian Tire proche de chez vous, et vous voyez que la file d’attente s’étend jusqu’au coin de la rue. L’application vous permet de directement vérifier le temps d’attente, de réserver votre place en ligne, et de recevoir une notification plus tard dans la journée, quand le niveau d’achalandage aura diminué. Une fois la notification reçue, vous pouvez vous rendre au magasin, puis magasiner sans attendre dehors.»

Rendre le monde plus efficace et plus accessible par la technologie, telle est la philosophie de Mariya et de son équipe : « Nous pensons vraiment que notre application peut aider les gens à connecter d’une manière beaucoup plus agréable.». Il s’agit également d’être plus inclusif, en tant que société : « Pour une mère avec son enfant ou une personne en situation de handicap, il est impossible pour  d’attendre physiquement à l’extérieur, debout, durant des heures», ajoute la développeuse.

EnLigneApp

Aider les commerçant.e.s à améliorer leur expérience client

L’autre aspect de l’application est destiné aux commerçant.e.s. «Nous voulons que les magasins aient un moyen de gérer leur clientèle pendant les heures de pointe et les heures plus calmes»,  continue Mariya. L’idée derrière cela est que les commerçant.e.s puissent prédire l’achalandage quotidien dans leur magasin, afin d’anticiper et gérer leur flux de clients, et mieux allouer leurs ressources.

L’application va également être en mesure de fournir des informations sur les habitudes de consommation et les intérêts des clients. La protection de la vie privée est un aspect primordial pour l’équipe, qui travaille fort pour s’assurer de garder l’anonymat des personnes.

«À ce stade, l’application est presque terminée. Nous faisons des tests dans certains magasins afin de nous assurer que tout est fluide et que nous pouvons l’ajuster le plus vite possible pour être prêts pour l’éventuelle deuxième vague de la COVID-19». La liste des commerces partenaires de l’application En Ligne sera dévoilée au cours des prochains mois, lorsque l’application sera finale et disponible en téléchargement.

Mariya, femme développeuse engagée pour les femmes en tech

C’est en collaboration avec son compagnon Brian McWilliams également développeur chez Ubisoft, et Alexandre Ratthé, commandant de bord pour Jazz Aviation, que Mariya a commencé a travaillé sur l’application En Ligne, en mai dernier.

Originaire d’Ukraine, Mariya arrive au Canada en 2009 avec sa famille. Elle raconte: «J’ai déménagé beaucoup de fois pour passer d’un système ukrainien, anglais puis français. J’ai accumulé de nombreuses lacunes, notamment en sciences, que j’ai toujours essayé de combler.»

Maintenant développeuse depuis quatre ans, elle partage son temps entre Ubisoft, l’université où elle complète un baccalauréat en informatique avec une mineure en affaires, et son rôle de mentor chez Technovation Montréal, une organisation qui propose un programme de 6 mois à des jeunes filles entre 10 et 18 ans pour qu’elles créent leur propre app mobile.

Mariya est très optimiste vis à vis de la diversité au Canada. Elle me confie : «Je pense que le Canada possède beaucoup de ressources pour aider les femmes dans le domaine des technologies à se développer. Le message que j’essaie de faire passer à ces jeunes filles c’est de de croire en elles. On peut devenir qui on veut ici».

Charlotte Cagnet

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.