`
 

Compagnie F, aider l’entrepreneuriat féminin depuis plus de 20 ans

Compagnie F, aider l’entrepreneuriat féminin depuis plus de 20 ans

Entrepreneuriat féminin

Nadine Pirotte est une femme humble, passionnante et engagée. À ma question de l’origine de son engagement auprès de l’entrepreneuriat féminin, elle me répond «j‘ai toujours porté un intérêt à la cause féminine, à la parité, j’ai toujours milité pour les femmes». Cet engagement est le véritable fil rouge de sa carrière professionnelle. Avec clarté, concision, humour et lucidité Nadine me fait part de sa réflexion sur la condition féminine et l’entrepreneuriat ainsi que sur son expérience auprès de Compagnie F.

C’est autour d’un café, que j’ai la chance de rencontrer et d’échanger longuement avec Nadine Pirotte, ex-directrice générale de Compagnie F où elle a exercé pendant six ans.

Comment est née Compagnie F?

Compagnie F est un organisme montréalais à but non lucratif, créé en 1997 dans le quartier du Mile-End. Le quartier se caractérise, à l’époque, par une grande concentration de personnes à faibles revenus et d’immigrants. Compagnie F est née de la nécessité d’apporter aux femmes issues de cette population et désireuses d’entreprendre, les moyens nécessaires pour retrouver leur autonomie. À cette époque, on commençait à peine à comprendre que l’autonomie des femmes est un vecteur de développement social.

Un accompagnement complet et adapté

Compagnie F accompagne trois cohortes de quinze femmes par an. Le but est d’évaluer leur idée entrepreneuriale, d’en vérifier le potentiel et de l’affiner auprès de spécialistes durant les treize semaines du programme.

Rien n’est facile dans tout cela. Nadine explique: «On ne vend pas du rêve. On parle de projets réalistes prenant en compte l’individu et les facteurs environnants. Il faut concilier le rêve et le possible». Nadine insiste sur le fait que tout n’est pas qu’une question de volonté.

Le contenu du programme est riche et adapté à chaque groupe. Pas de présentation toute faite. Il leur ait même arrivé de revoir la façon d’aborder le cursus en plein programme afin de répondre au mieux aux besoins. «A chaque cohorte on s’adapte, tout en apportant un contenu de fond, sans raccourcis», explique Nadine.

La force du programme est le volet développement personnel, gestion des émotions et connaissance de soi. Nadine le souligne: «aujourd’hui le développement personnel est un incontournable mais y avoir pensé il y a 20 ans c’était une vision innovante et éclairée». En cela, Compagnie F peut se targuer d’être pionnière.

Femme/homme: un enseignement différent?

Une question me taraude. Je la pose à madame Pirotte: enseignons-nous aux femmes différemment qu’aux hommes?

Nadine en est convaincue. Selon elle, «il est important d’avoir une autre approche, c’est-à-dire de prendre en considération notre genre et nos valeurs». Nadine souligne aussi que «le curseur de la réussite des femmes n’est pas le même que celui des hommes.» En effet, la réussite peut-être une question de chiffres, de classements, de visibilité ou bien apporter une réponse à une problématique humaine et sociale.

Au grès de son expérience, l’ex-directrice a constaté que dans des groupes non mixtes, les femmes sont capables de prendre plus de risques. Entre elles, elles sont moins dans la retenue. Il est également important d’avoir une approche plus concrète, plus humaine, plus significative et de donner du sens au contenu auprès d’un public féminin.

Quel est l’impact d’un tel programme?

Pour Nadine, c’est un bilan positif. Elle sait que de nombreuses femmes ont été marquées par cette formation. L’accompagnement et le soutien de Compagnie F leur a permis de briser leur isolement, retrouver une autonomie, la satisfaction personnelle et la confiance en soi, et ça, c’est ce qui compte pour l’ex-directrice. C’est aussi en développant et approfondissant leurs compétences que certaines d’entre elles ont pu créer leur entreprise, se réorienter ou réinventer leur carrière.

«Les femmes sortent de ce programme en ayant beaucoup plus conscience de leurs valeurs, adoptant alors un autre positionnement dans le monde du travail dans lequel elles s’intègrent mieux.» – Nadine Pirotte, ex-directrice de Compagnie F


L’entrepreneuriat féminin aujourd’hui

En six ans d’expérience, Nadine a une bonne connaissance de l’entrepreneuriat féminin. Elle constate une véritable reconnaissance de la valeur des femmes, de leurs talents et leurs spécificités. Elle déplore cependant que cela reste souvent théorique et s’incarne davantage dans un discours que dans la réalité.

Ce que je retiens de Compagnie F c’est sa mission: au-delà de l’apprentissage de l’entreprenariat, elle promeut et participe pleinement à l’égalité sociale et économique des femmes.

Nadine résume Compagnie F ainsi: «c’est un état d’esprit que nous insufflons.»

Nadine Pirotte sociologue de formation, donne des cours d’entrepreneuriat dans une école de naturopathie. Elle est également coach individuel en affaire, entreprenariat et gestion.

Axelle Zeller

Axelle Zeller

Montréalaise depuis près d’un an je suis arrivée de France dans le cadre d’un PVT.
Ici, je me suis formée à la programmation en suivantle bootcamp du wagon, me plongeant ainsi dans l’univers de la tech.
Entre apprentissage du code et expatriation la découverte est au cœur de mon quotidien.
Axelle Zeller

Poster un commentaire