`
 

BoxKnight, la startup montréalaise qui a décidé de s’attaquer au géant Amazon

BoxKnight, la startup montréalaise qui a décidé de s’attaquer au géant Amazon

Boxknight

L’équipe d’URelles était présente au démo day de l’incubateur Founder Fuel. On y a rencontré, Maya Botti, cofondatrice de la startup BoxKnight, une entreprise de livraison le jour-même. Elle fait partie de la cohorte 2019 et a décidé de s’attaquer au géant Amazon. Rencontre.

D’où vous est venue l’idée de BoxKnight?
Maya Botti:
BoxKnight est née de frustrations. Lorsque nous étions encore étudiants, nous manquions tout le temps les livraisons de nos achats en ligne.
Au-delà du fait de devoir attendre plusieurs jours afin d’être livré, il fallait en plus, très souvent, nous déplacer à un point de ramassage pour récupérer le colis livré lors de notre absence. Les fenêtres de livraison ne sont pas toujours mises à jour auprès du client. Parfois ça donne des situations où nous restons chez nous pendant des heures, à attendre, et nous manquons tout de même la livraison. Une fois, je me suis même rendue jusqu’à Mirabel pour récupérer un colis! Notre autre motivation vient du fait que nous souhaitons offrir un service de livraison le jour même aux commerces locaux ce qui leur permettrait de gagner en compétitivité face à Amazon.

Comment ça fonctionne?
Maya Botti:
À l’instar de Uber, nous avons des livreurs pour distribuer les achats des commerces qui font affaire avec nous. Lorsqu’un client passe une commande en ligne et est dans notre zone de livraison actuelle (à savoir Montréal, Laval et la rive-sud de Montréal), l’option de livraison par Boxknight lui est proposée. Il choisit alors sa tranche horaire de livraison. Notre système, grâce à une intelligence artificielle, ajoutera le point de livraison sur le parcours de notre livreur et optimisera ainsi son itinéraire au fur et à mesure des livraisons et des ramassages qui s’ajoutent à sa journée.

Comment as-tu décidé de te lancer en affaires?
Maya Botti:
Mon père est entrepreneur. Cet aspect a toujours fait partie de moi. J’ai toujours su que j’allais éventuellement devenir entrepreneure moi aussi. J’ai une formation en génie mécanique et en droit. Ces deux diplômes m’aident à résoudre les problèmes que je rencontre dans mon travail. C’est vraiment l’envie de répondre à la problématique de BoxKnight qui me rend passionnée par ce que je fais au quotidien.

Y a-t-il une notion d’impact social dans votre entreprise?
Maya Botti:
Oui! On veut aider les détaillants qui n’ont pas les mêmes moyens que les géants comme Amazon. Ils sont présentement très désavantagés par les offres de livraison. Leurs coûts sont élevés à cause de leurs faibles volumes et ils doivent souvent effectuer eux-mêmes les livraisons pour essayer d’économiser le plus possible. C’est important de proposer une alternative pour changer le monde actuel lorsqu’on le trouve injuste.

Tu fais partie de la cohorte 2019 de FounderFuel. Qu’est-ce que l’incubateur t’a apporté?
Maya Botti:
On a compris la possibilité et la nécessité d’être concentrée sur l’entreprise. On a commencé en faisant tout nous-mêmes, mais grâce à l’incubateur et aux fonds investis, on a pu engager du monde pour nous aider. Nous avons surtout rencontré des personnes incroyables auxquelles on n’aurait jamais eu accès. C’est une chance qui nous a permis de complètement optimiser et transformer notre projet d’entreprise.

Comment réussis-tu à prendre ta place en tant que femme dans une startup techno, qui plus est?
Maya Botti:
C’est une chose à laquelle je pense beaucoup. Très tôt, dans mon parcours, j’ai souvent été la seule femme dans la classe, dans le labo ou au travail. Je suis consciente que toutes les femmes n’ont pas forcément accès à l’entrepreneuriat. Cela dit, j’espère sincèrement participer à ce changement sociétal et voir de plus en plus de femmes présentes. Une équipe entrepreneuriale mixte est une opportunité réelle pour répondre plus rapidement et de manière plus créative aux problèmes car la diversité offre plus de perspective de solutions.

Émilie Vion

Émilie Vion

Fondatrice chez Projet initIAtives
Émilie Vion est fondatrice et rédactrice de Projet initIAtives qui vulgarise l’intelligence artificielle et sensibilise sur son impact en milieu professionnel. Passionnée par l’humain, la technologie et l’innovation, elle souhaite faire avancer l’intelligence collective dans la société. Esprit catalyseur d'humanisme et révélateur de créativité, elle a toujours remis l’humain au centre des décisions des entreprises technologiques dans lesquelles elle œuvre depuis plus de 10 ans. Montréalaise depuis 7 ans, elle a à cœur d’aider les femmes à prendre pleinement leur place en technologie et en entrepreneuriat, ici et ailleurs.
Émilie Vion

Poster un commentaire